15 Mai 2014: première grève concernant les enseignants et le personnel des écoles .

Les parents d’élèves sont en situation de vérifier si le candidat J-L Moudenc tient ses engagements de campagne : “je proposerai un vrai service d’accueil , six lieux répartis sur tout le territoire de la ville, afin d’être au plus près des besoins des familles”.

Le communiqué du Maire est paru: les six lieux promis sont divisés par deux et de plus, circonscrits aux quartiers de Lardenne ,St-Cyprien et Carmes…quartiers limitrophes, centre et sud-ouest.

L’annonce fait pschitt…mais c’est normal quand on dirige l’UMP 31, on a des références nationales…mais surtout l’engagement de campagne n’est pas tenu.

M Moudenc a , il convient de le souligner, de la constance et de la ténacité proches de l’entêtement, voire une méconnaissance de l’organisation inhérente au dispositif.

Cet engagement de campagne avait été initialement présenté en tant que voeu de l’opposition , la réponse alors faite, avait été factuelle et dénuée de tout positionnement idéologique.

Quand Pierre Cohen a été contraint de proposer un dispositif, celui-ci recensait 6 lieux. Cette proposition n’a jamais pu être mise en œuvre, car malgré notre volonté de respecter la disposition soumise au Préfet et au Directeur Académique , les conditions n’ont jamais pu être réunies pour son application dans les faits.

Cette loi est inapplicable car il est impossible en 48 heures de recenser le personnel susceptible d’encadrer tous les enfants dont les enseignants sont déclarés grévistes, ( +30 000 élèves scolarisés) d’autant quand le préavis de grève concerne toute la fonction publique comme cela a été le cas ce 15 mai, et comme cela l’a été pour toutes les grèves de l’éducation nationale depuis 2008, et que l’on veut respecter une qualité d’accueil des enfants avec un taux d’encadrement proche des accueils de loisirs, tout enseignant gréviste correspondant à 2 animateurs

Cette loi est inapplicable, car si l’on a résolu d’un coup de baguette magique la problématique du recrutement des animateurs, il convient ensuite de proposer des lieux car toutes les écoles ne sont pas fermées et ne constituent pas des possibilités d’accueil.

Il faut ajouter à toutes ces difficultés organisationnelles, et contrairement aux annonces du ministre Darcos, et à la volonté du Président Sarkozy, de gommer les effets des grèves, ce dispositif ne correspond pas aux demandes des parents, car en 6 ans les enfants accueillis sur le seul lieu d’accueil à Toulouse n’a jamais dépassé la centaine: rajouter 2 lieux revient à coûter inutilement à la collectivité, sans pour autant satisfaire au maillage du territoire puisque les lieux proposés étaient tous proches les uns des autres.

Mais il en est de J-L Moudenc comme de Nicolas Sarkozy en 2008 : faire de la politique clientéliste en surfant sur le mécontentement des citoyens et faire des propositions irréalistes et irréalisables, pour la satisfaction immédiate de dire “ nous ferons mieux!”.

Mais non…

 

Publicités