Ce matin, j’ai pensé à l’ouvrage de Franck Pavloff, MATIN BRUN, écrit en 1998, mais qui n’a connu une certaine renommée qu’en 2002, allez savoir pourquoi I

La défaite du PS et de l’UMP était certes annoncée, mais l’ampleur de la victoire pour le FN et les partis populistes et d’extrême droite européens n’était pas envisagée à cette hauteur….

Moins de la moitié des électeurs français ont décidé de la victoire d’un parti populiste xénophobe .

Hier dans son allocution Madame Le Pen est intervenue par des propos dont le champs lexical se situait dans un contexte « national –socialiste ».

Est-ce que l’histoire peut se répéter ?

Comment réussir à recréer les liens avec tous ces français désespérés par la politique et qui se font confisquer leur avenir par une minorité ?

Depuis plus de dix ans cette victoire s’amorçait : les affaires, les arrangements, les compromis, ont contribué à cette désespérance et à cette certitude pour plus d’un français sur deux que les partis dits de gouvernement ne s’intéressaient pas à eux.

Va-t-on laisser l’inexorable se dérouler jusqu’en 2017 ?

Comme Charlie et son copain, va-t-on détourner les yeux des problèmes pour éviter les justes questionnements ?

 

Publicités