Recherche

Mois

mars 2016

Les coucous du Capitole

En fin d’après-midi, Jean-Luc Moudenc inaugurait la salle Saint-Michel, ancienne chapelle des Lazaristes rachetée par la ville de Toulouse en 2011.Sa réhabilitation et transformation en salle polyvalente a été alors  initiée après  concertation avec le Comité de Quartier

Nous sommes habitués à ces inaugurations de projets commencés par un maire et, devant l’ampleur des travaux, terminés lors de la mandature suivante!  C’est le temps démocratique qui s’impose ainsi. Cependant, aujourd’hui, nous avons vécu un moment de  récupération politique aux confins de l’art.

Dans son intervention, comme dans le communiqué de presse, le maire s’attribue tous les mérites de cette réhabilitation dans la mesure où, alors dans l’opposition, il avait porté un voeu auprès du conseil municipal quant au devenir de cette chapelle vétuste.

Rendons à César: ce sont les habitants du quartier, les membres du Comité de Quartier qui alertaient le maire , et l’opposition, sur ce sujet.

M Moudenc a l’art de revisiter les événements entre 2008 et 2014.

Mais en ce début de printemps, cet après-midi plus particulièrement, il m’a fait penser au Coucou ( le Coucou de l’Ancien Monde) qui ne bâtit pas de nid et niche dans ceux des autres oiseaux…

Publicités

Le marathon trimestriel

IMAG0494_1

Quel est le synonyme de Conseil Municipal à Toulouse ?

« Marathon trimestriel »

11 décembre 2014, 18 mars 2015 : trois mois pendant lesquels le débat démocratique municipal s’est exercé à Toulouse par communiqués et conférences de presse.

Le conseil municipal est le lieu de l’exercice de la démocratie et le maire de Toulouse a décidé de la faire vivre a minima : désormais, 4 conseils par an seront convoqués, les 4 conseils imposés par la loi.

Malgré les protestations des élus d’opposition, il ne reviendra pas sur sa décision. Il est vrai qu’il préfère les inaugurations et les conférences de presse aux débats politiques !Sa posture de maire consensuel, à l’écoute, abhorrant tout sectarisme ne colle pas avec celle de ce maire qui met tout en œuvre pour ne pas s’exposer à la contradiction politique.Avec 4 conseils par an, il cherche à réduire l’expression des élus d’opposition au maximum : les séances d’examen des délibérations deviennent des séances marathon au cours desquelles, il doit espérer voir faiblir notre vigilance.

Cette tactique politicienne est tellement évidente qu’elle ne peut que renforcer notre investissement !

Bien tenté : mais c’est raté !

(Le conseil du 18 mars a débuté à 10h, interruption de séance de 12h à 13h30, séance levée à 23h40!)

 

 

 

Les pensées du Capitole

Capture d’écran 2016-03-17 à 15.15.29

Les pensées du square du Capitole et les potelets du quai de la Daurade.

Mars 2016 : 2 ans se sont écoulés depuis l’arrivée de Jean-Luc Moudenc au Capitole.

Ces 2 ans d’exercice permettent de tirer un premier bilan de sa politique.

Pour moi, ce qui la symbolise le plus parfaitement se sont les pensées qui fleurissent dans le square du Capitole et les potelets flambants neufs place de la Daurade.

Ces modifications des projets initiaux de Bruno Fortier et Joan Busquets caractérisent l’idéologie politique de Jean- Luc Moudenc : retour du conformisme , volonté de remonter le temps politique jusqu’en 2008, et de modifier les projets que nous avons réalisés pour imposer sa marque de fabrique, renouer avec le conservatisme qui avait éloigné Toulouse de son destin de quatrième ville de France !

Des fleurs à la place des fourrés et des haies pour le conservatisme provincial…

Mais aussi…Des potelets éclosent place de la Daurade et  un peu partout dans notre ville pour lutter contre le stationnement anarchique, et redonnent de fait réalité à la voiture.

Ces choix viennent à l’encontre de la philosophie d’aménagement du centre ville de Joan Busquets, de notre volonté politique d’apaiser le centre ville et de favoriser la piétonisation et les déplacements doux.

La création éventuelle de la troisième ligne de métro renforcera encore la place de la voiture qui peut continuer à occuper l’espace en surface !

Les pensées et les potelets doivent nous alerter : attention, retour vers le passé et immobilisme à l’horizon !

 

 

Le 9 mars et les jours d’après ?

Capture d’écran 2016-03-09 à 10.31.27

Voilà que le 8 mars m’agace ! 8 mars, Journée internationale de la Femme ?

Cette journée m’exaspère : serait-ce les effets du temps qui passe et n’amène aucune avancée significative en matière d’égalité de genre depuis plus de 40 ans ?

Adoptée en 1977 par l’ONU cette journée qui devait être un temps de bilan sur la situation des femmes dans le monde, bilan et temps de revendication, est devenue au fil du temps, au mieux le marronnier du mois de mars, pour le pire une journée de marketing politique et commercial.

Le marronnier : nous avons eu hier notre quota de pourcentages, de statistiques, de rappel historique. Bien évidemment c’est utile, mais tout au long de l’année, c’est le silence média: la vraie définition du marronnier !Les actions militantes passent désormais au deuxième plan, même dans la presse locale, aucun éclairage particulier sur les actions de telle ou autre association féministe.

En ce 8 mars , j’aurais même apprécié un « coup » de marketing politique : un engagement pris à faire respecter la loi sur l’égalité salariale. Il serait temps ! Je rappelle la première date : 1972 ; plusieurs ont suivi jusqu’à celle de 2001 (loi Genisson), la dernière en 2014.

Hélas, que retenir cette année : l’interview du président de la République dans un hebdo féminin et l’annonce de Madame Kosciusko-Morizet de sa candidature à la primaire LR : je vous laisse apprécier les avancées sur l’égalité de genre.

Faire respecter les lois? Quand et par qui ?

Yvette Roudy , ministre des Droits des Femmes de François Mitterrand doit désespérer ; après les avancées des années 80, la création de l’Assemblée des femmes en 1992 l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas encore réelle : nous le savons, dès lors qu’il n’y a pas une volonté politique forte, les lois ne s’appliquent que modérément, voire partiellement.

S’engager à faire appliquer la loi sur l’égalité salariale ? Qui aura cette volonté politique ?

Cela ne se fera pas dans un avenir proche, hélas : à la lecture du projet de réforme du code du travail, ce sont les salariées qui paieront le plus lourd tribut , notamment sur la possibilité de fractionner le temps de repos quotidien : envisagez comment la grande distribution s’emparera de cette aubaine pour réduire la masse salariale!

Voilà pourquoi je désespère et suis agacée par ce 8 mars qui est devenu un jour de communications et de prêches oubliés dès que prononcés. Un peu comme les visites au salon de l’agriculture, passage obligé, paroles envolées, temps obligatoire du politiquement correct mais dénué de volonté réelle.

Le 8 mars n’est plus  « La Journée internationale des Droits des Femmes », elle est devenue par abus langagier, « la Journée internationale de la Femme ».

Une journée donc pour « fêter » la femme… et non pour dénoncer toutes les discriminations dont elles sont victimes. D’un acte politique on a glissé en 40 ans vers le marketing. Marketing politique, mais aussi commercial : un hebdomadaire, se revendiquant féministe, fait la liste « des choses à faire pour la Journée de la Femme » ; le champs lexical des actions répertoriées laisse rêveuse: «  chouchouter » , «  fleurir », « zapper car la télécommande nous appartient ! ».

J’ai cru lire le « Modes et Travaux »  de ma mère en 1960 ; je ne citerai pas tous les mails des enseignes envoyés hier : produits de beauté, vêtements, soins esthétiques…

Notre pays a régressé : la France en cette fin de quinquennat n’a plus de ministère du Droit des Femmes. Je ne doute pas des convictions féministes de la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, mais le symbole fort d’un ministère des Droits des Femmes de plein exercice est mis à mal. De plus, il aurait été pertinent que la ministre évalue en ce 8 mars l’application de la loi du 4 août 2014, indique ses orientations pour son application effective. Mais là grand silence…

Cependant, il existe depuis le dernier remaniement, un secrétariat d’Etat à l’Égalité réelle…(du nom de la loi de 2014)

« Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots » disait J. Jaurès

 

symbole-femme

 

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑