Capture d’écran 2016-03-09 à 10.31.27

Voilà que le 8 mars m’agace ! 8 mars, Journée internationale de la Femme ?

Cette journée m’exaspère : serait-ce les effets du temps qui passe et n’amène aucune avancée significative en matière d’égalité de genre depuis plus de 40 ans ?

Adoptée en 1977 par l’ONU cette journée qui devait être un temps de bilan sur la situation des femmes dans le monde, bilan et temps de revendication, est devenue au fil du temps, au mieux le marronnier du mois de mars, pour le pire une journée de marketing politique et commercial.

Le marronnier : nous avons eu hier notre quota de pourcentages, de statistiques, de rappel historique. Bien évidemment c’est utile, mais tout au long de l’année, c’est le silence média: la vraie définition du marronnier !Les actions militantes passent désormais au deuxième plan, même dans la presse locale, aucun éclairage particulier sur les actions de telle ou autre association féministe.

En ce 8 mars , j’aurais même apprécié un « coup » de marketing politique : un engagement pris à faire respecter la loi sur l’égalité salariale. Il serait temps ! Je rappelle la première date : 1972 ; plusieurs ont suivi jusqu’à celle de 2001 (loi Genisson), la dernière en 2014.

Hélas, que retenir cette année : l’interview du président de la République dans un hebdo féminin et l’annonce de Madame Kosciusko-Morizet de sa candidature à la primaire LR : je vous laisse apprécier les avancées sur l’égalité de genre.

Faire respecter les lois? Quand et par qui ?

Yvette Roudy , ministre des Droits des Femmes de François Mitterrand doit désespérer ; après les avancées des années 80, la création de l’Assemblée des femmes en 1992 l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas encore réelle : nous le savons, dès lors qu’il n’y a pas une volonté politique forte, les lois ne s’appliquent que modérément, voire partiellement.

S’engager à faire appliquer la loi sur l’égalité salariale ? Qui aura cette volonté politique ?

Cela ne se fera pas dans un avenir proche, hélas : à la lecture du projet de réforme du code du travail, ce sont les salariées qui paieront le plus lourd tribut , notamment sur la possibilité de fractionner le temps de repos quotidien : envisagez comment la grande distribution s’emparera de cette aubaine pour réduire la masse salariale!

Voilà pourquoi je désespère et suis agacée par ce 8 mars qui est devenu un jour de communications et de prêches oubliés dès que prononcés. Un peu comme les visites au salon de l’agriculture, passage obligé, paroles envolées, temps obligatoire du politiquement correct mais dénué de volonté réelle.

Le 8 mars n’est plus  « La Journée internationale des Droits des Femmes », elle est devenue par abus langagier, « la Journée internationale de la Femme ».

Une journée donc pour « fêter » la femme… et non pour dénoncer toutes les discriminations dont elles sont victimes. D’un acte politique on a glissé en 40 ans vers le marketing. Marketing politique, mais aussi commercial : un hebdomadaire, se revendiquant féministe, fait la liste « des choses à faire pour la Journée de la Femme » ; le champs lexical des actions répertoriées laisse rêveuse: «  chouchouter » , «  fleurir », « zapper car la télécommande nous appartient ! ».

J’ai cru lire le « Modes et Travaux »  de ma mère en 1960 ; je ne citerai pas tous les mails des enseignes envoyés hier : produits de beauté, vêtements, soins esthétiques…

Notre pays a régressé : la France en cette fin de quinquennat n’a plus de ministère du Droit des Femmes. Je ne doute pas des convictions féministes de la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, mais le symbole fort d’un ministère des Droits des Femmes de plein exercice est mis à mal. De plus, il aurait été pertinent que la ministre évalue en ce 8 mars l’application de la loi du 4 août 2014, indique ses orientations pour son application effective. Mais là grand silence…

Cependant, il existe depuis le dernier remaniement, un secrétariat d’Etat à l’Égalité réelle…(du nom de la loi de 2014)

« Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots » disait J. Jaurès

 

symbole-femme

 

 

Publicités