carte_electoral

Ce soir, c’était la rentrée politique pour le secteur Rive-Gauche :

Ce fut une rentrée ratée pour les quatre maires de quartier, madame Marti, messieurs Biasotto, Hajije et Serp .

Et pourtant ils étaient confiants : le compte-rendu de leurs travaux en matière de sécurité leur conférait une assurance non dissimulée…

Les sourires se sont vite figés devant les réactions et prises de paroles des Toulousains.

Fiasco, car la longue énumération des recettes pour « rétablir la sécurité » n’a pas convaincu: les caméras, l’augmentation du nombre de policiers municipaux, et autres Brigades n’ont pas changé la réalité du quotidien.

Faire croire que la gauche est laxiste, que seule la droite peut faire régner l’ordre et la sécurité est un discours simpliste et dangereux : c’est celui tenu par M Moudenc, curieusement absent ce soir, bien qu’annoncé.

Nous avons entendu des Toulousains qui témoignaient de leur quotidien difficile, qui ne donnaient aucun crédit aux réponses des élus, qui exprimaient aussi leur colère.

Colère, d’autant plus forte qu’elle s’est nourrie d’espoir et du mirage des promesses de la campagne 2014.

Déception, colère, désaveu du projet politique, les Toulousains ont exprimé tout cela…

Mais également, en aparté, certains des positions qui disaient combien ils ne pouvaient plus respecter la parole des élus.

Alors, j’ai quitté cette salle, préoccupée, pensant que ce soir nous venions d’anticiper de quelques mois le climat de la campagne pour la présidentielle.

Publicités